Histoire | Nadine se sent pauvre, elle calcule tout, tout, tout!

Je me sens pauvre, alors je calcule tout

Nadine, très économe, ne va pas dépenser un sou pour un rien. Elle économise le temps, les kilomètres de sa voiture, l’argent… Elle va tout calculer pour ne pas gaspiller la moindre goutte.

Depuis quelque temps, son conjoint fait beaucoup de kilométrage en voiture pour aller voir sa maman qui est malade. Elle n’ose pas lui dire de ne pas aller la voir, ce serait méchant, mais elle trouve très difficile d’accepter l’idée que l’auto s’use prématurément ; elle s’en fait même un mal de gorge. « Il faut la ménager, cette voiture, si nous voulons étirer le plus longtemps possible la garantie prolongée », pense-t-elle anxieusement.

« Maman, est-ce que mon ami peut rester à souper ? », dit son fils avec un grand sourire. « Ouin, je ne sais pas, il est difficile, il ne mange rien, il va gaspiller ce qu’on lui donnera à manger », dit-elle dans l’espoir de convaincre son fils que ce n’est pas une bonne idée. En fait, ça ferait son affaire que son fils le dise à sa place, puisqu’il va manger leur nourriture et ils vont peut-être en manquer s’il mange avec eux…

De prime abord, elle peut paraître avare, égoïste, sans cœur… Mais si nous regardions de plus près…

Quelle identité voyons-nous?

Ici, il y a un gros piège. Nous voyons son identité cachée, mais c’est aussi ce qu’elle montre aux autres. Nous avons toujours vu que l’identité créée était l’opposée de l’identité cachée. Dans les conférences, j’explique cette nuance où l’identité créée peut prendre quatre formes différentes.

QUELLE EST SON IDENTITÉ CACHÉE ET CRÉÉE?

Elle croit qu’elle est dans le manque, qu’elle doit ménager, économiser et que ce sera la fin si elle gaspille plus rapidement de ce qui est prévu.

QU’EST-CE QUE NADINE REPROCHE AUX AUTRES?

De gaspiller, de ne pas économiser. Elle ne le dit pas à son conjoint, qu’elle considère qu’il fait trop de kilométrage, puisqu’elle sait bien que c’est plus important qu’il aille voir sa maman. Mais c’est quand même plus fort qu’elle, et elle ne voit que l’usure prématurée de sa voiture. Lorsque nous avons une fausse croyance, elle est déraisonnée et nous empêche de voir les faits. Nous interprétons la réalité selon cette croyance et réagissons avec cette dernière.

COMMENT SERA-T-ELLE DANS UN GROUPE

Elle aime qu’on lui donne beaucoup. Comme elle se sent pauvre, elle ne peut pas donner ce qu’elle croit ne pas avoir. Elle aimerait bien, mais lorsqu’elle sera riche. Croyez-vous que si elle était riche elle donnerait plus? Non, puisque la croyance de pauvreté serait toujours présente. Elle serait donc aussi frileuse à donner.

QUEL GENRE DE PERSONNE ATTIRERA NADINE?

Des personnes aisées financièrement, ceux qu’elle peut admirer et recevoir d’eux. Elle tentera de donner quelque chose puisque, sinon, elle aura l’impression d’abuser, mais tout sera teinté de la peur de manquer. Elle attirera aussi des personnes opposées, qui tireront du jus, qui voudront beaucoup d’elle.

Voyez-vous la même sensibilité, mais dans deux situations opposées? Lorsque nous portons une croyance, elle peut se manifester de plusieurs façons; générosité et avarice sont deux côtés différents d’une même médaille.

QU’EST-CE QUE NADINE EXIGE DES AUTRES?

Ce n’est pas dit, mais si vous songez à la logique, nous exigeons ce que nous n’arrivons pas à faire. Elle exige donc des autres d’être généreux, de donner, parce que ce n’est pas juste à elle de donner. Elle craint énormément de donner plus que les autres. Lorsque vous regardez une croyance, soyez toujours détaché d’elle, puisque le comportement a une raison d’être. L’action est motivée par une peur. Ici c’est la peur du manque et, ensuite, probablement, la peur de mourir de faim. Il n’y a jamais de méchanceté réelle, seulement une action motivée par une peur quelconque.

COMMENT NADINE PEUT-ELLE SE LIBÉRER DE CETTE FAUSSE CROYANCE?

Nadine peut se libérer de cette fausse croyance en admettant qu’elle vive en elle : j’avoue que j’ai peur de donner, d’user prématurément, de gaspiller, parce que je crois que je serai dans le manque.

Mais je choisis de ne plus croire à cette pensée. Chaque fois qu’elle arrive, je lui dirai : « Non, je ne te crois plus ». Je transforme cette croyance par quelque chose de positif, soit : « Je choisis de vivre cette abondance en moi, de sentir que je suis complète, puisqu’en fait, le sentiment de manque que je vis à l’extérieur est le reflet d’un sentiment de vide intérieur ». Plutôt que d’attendre de vivre la richesse à l’extérieur, je choisis aujourd’hui de vivre ce que la richesse m’apporterait intérieurement comme sentiment. Elle me ferait sentir libre et dégagée. Je choisis donc de vivre le sentiment de liberté et de dégagement intérieur maintenant!

En vivant maintenant le sentiment de liberté et de dégagement maintenant, Nadine se crée une réalité extérieure différente. Elle attirera à elle l’abondance, puisque c’est ce qu’elle vit en elle. Elle attirera l’abondance, puisqu’elle n’en a plus besoin pour se sentir libre et dégagée. Elle porte déjà ces sentiments en elle. Elle sera donc en paix même avec les amis qui viennent souper, avec l’usure prématurée de l’auto, etc. La vie manifeste seulement ce que nous portons en nous.

Dans les conférences, j’explique comment réussir à vivre cette liberté intérieure et extérieure en réalisant ses rêves.

Vous avez aimé l'hisoire?

Ou vous connaissez quelqu'un que ça pourrait aider?

Je vous invite à cliquez sur le bouton j'aime ci-dessous et à aimer ma page Facebook Nancyfournierconferenciere

Conférence Sortir la tête du sac

Identifiez vos schémas internes en utilisant des outils puissants pour vous comprendre et vous libérer de vos souffrances.

Atelier mettre en pratique
se sortir la tête du sac

Vivez, de façon similaire à une consultation, le processus d’identification de vos patterns et de libération. Le tout dans une atmosphère de respect et de douceur.

Quelles sont prochaines dates pour une conférence ou un atelier?

Cliquez ci-dessous




Recevez directement les histoires dans vos courriels.