Histoire | Joanie – Les responsabilités avant tout!

Joanie fait des blagues, elle veut rigoler, s’amuser et son chum la regarde et lui dit : « Qu’est-ce que tu fais là? Calme-toi un peu! » Ceci la rend triste, elle aimerait tant qu’il rit avec elle. Avec ses sœurs, c’est la même chose, elle est en colère parce qu’elles ne vont pas voir leur mère; elles ont comme raison qu’elles veulent voir leurs enfants, avoir du plaisir, quoi! Joanie aussi aimerait avoir du plaisir et pas seulement s’occuper de sa mère. Elle trouve que ses sœurs sont sans-cœur, puisque la tâche ne revient qu’à elle.

Quelle identité voyons-nous?

Nous voyons son identité cachée. Joanie croit qu’elle n’a pas le droit de s’amuser. Nous retrouvons cette croyance en travers son chum qui lui dit de se calmer.

Quelle est son identité créée?

C’est la partie d’elle qui fait passer toutes les responsabilités et les autres devant elle. C’est la façon qu’elle a trouvée pour être aimée. Elle ne priorise jamais le plaisir, puisqu’elle veut être aimée. Elle cible donc toujours, inconsciemment, les situations où elle pourra faire passer les autres devant elle et ainsi se sentir aimée.

Qu’est-ce que Joanie reproche aux autres?

Elle reproche à ses sœurs d’être sans-cœur, qu’elles ne s’occupent pas de leur mère et qu’elles préfèrent aller s’amuser avec leurs enfants

Ses sœurs font ce que Joanie ne se permet pas de faire, soit de s’amuser. Elle vit la même chose avec son chum, en lui reprochant de l’empêcher de s’amuser; elle le trouve plate… Mais qui la prive vraiment de ce plaisir? Elle-même! Car elle ne vit pas ce plaisir intérieurement. Tant et aussi longtemps qu’il ne fera pas partie d’elle, elle ne pourra pas le vivre à l’extérieur, même si on lui présente le plaisir, la joie, elle ne le reconnaîtra pas et ne saura pas quoi en faire. Donc, elle l’évitera et cherchera une situation où elle pourra être responsable et se sentir aimée.

Comment viendra-t-elle se confirmer que l’action de passer les autres en priorité est juste et préférable au plaisir?

En se créant des situations où elle sera indispensable, où elle pourra se convaincre que si elle n’avait pas été là, il y aurait eu catastrophe. Par exemple, sa mère est à l’hôpital et Joanie arrive juste au bon moment, puisque cinq minutes plus tard, sa maman les aurait quittés. Nous ne savons pas si sa maman les aurait vraiment quittés, mais ce que Joanie a compris dans cet événement c’est : « Une chance que je suis arrivée au bon moment et que j’ai fait passé ma mère avant mes plaisirs, sinon je l’aurais perdue ». Par cet événement, Joanie vient se convaincre qu’elle doit poursuivre sa croyance qui dit « Je dois passer les autres et mes responsabilités avant le plaisir », sinon elle aurait perdu sa mère. Malgré le fait qu’elle trouve ça difficile et qu’elle a juste le goût de partir loin, là où personne ne sait où elle est.

Qu’est-ce qui fait qu’elle voudrait partir loin de tout le monde?

En étant loin, elle est sûre de ne pas être tentée de s’occuper des autres avant elle-même. C’est ce que l’on appelle prendre la fuite, ne pas faire face à ce que notre Être profond désire, puisque c’est trop difficile à affronter. Nous préférons nous en échapper et continuer de souffrir, parce que nous croyons que c’est la bonne voie pour être heureux. Joanie a donc peur que si elle ne fait plus passer les autres devant elle, elle ne soit plus aimée et sera seule.

Qu’est-ce que Joanie exige aux autres?

Elle leur exige de s’occuper de sa mère afin qu’elle puisse aller s’amuser. Prendre en charge son besoin est trop confrontant pour elle, alors elle exige aux autres de lui enlever un peu de responsabilités pour qu’elle ne se sente pas coupable de ne pas en faire assez.

Comment Joanie peut-elle se libérer de cette croyance?

Joanie se libère de son pattern en reconnaissant ces parties en elle et en se disant : « J’ai le droit de me prioriser, j’ai le droit d’être responsable de mes besoins seulement, je serai encore aimée, même si je cesse de m’occuper de tout le monde. C’est correct. Je porte ces croyances en moi, mais elles ne sont pas moi. C’est simplement un mécanisme de défense que j’ai développé par mesure de survie. Maintenant, je choisis de m’autoriser la joie et le plaisir qui existent dans mon Être, et c’est là que mon attention sera focalisée. »
Maintenant, chaque fois que Joanie vivra le sentiment qu’elle n’a pas le droit de s’amuser, qu’elle doit être responsable de tous, elle pourra refaire ce même processus d’accueil et de transformation. Plus elle fera le processus, plus elle vivra pleinement et consciemment dans son Être. Son radar ne sera plus focalisé sur le besoin d’être responsable, mais bien sur le partage de sa joie de vivre.

Vous avez aimé l'hisoire?

Ou vous connaissez quelqu'un que ça pourrait aider?

Je vous invite à cliquez sur le bouton j'aime ci-dessous et à aimer ma page Facebook Nancyfournierconferenciere

Conférence Sortir la tête du sac

Identifiez vos schémas internes en utilisant des outils puissants pour vous comprendre et vous libérer de vos souffrances.

Atelier mettre en pratique
se sortir la tête du sac

Vivez, de façon similaire à une consultation, le processus d’identification de vos patterns et de libération. Le tout dans une atmosphère de respect et de douceur.

Quelles sont prochaines dates pour une conférence ou un atelier?

Cliquez ci-dessous




Recevez directement les histoires dans vos courriels.